Aaaaahhhhh, un an!!! Sur le plan gestationnel, l'éléphante à côté c'est Fat and Furious sous amphèt'. Mais pour me faire pardonner y'a un lien avec plein de patrons gratos trop chouettes à la fin (non je n'achète pas mon lectorat).

Bon, je vais pas vous faire le coup du "J'étais occupée", "Je me suis exilée dans un ashram pour retrouver mon Moi dans l'dedans de moi-même" ou encore, comme le dit jadis un grand philosophe des temps modernes: "Je pouvais pas j'avais piscine".

Nan, l'affreuse, la terrible vérité, c'est que j'ai rempilé pour le concours de Super-Prof, parce que si les élèves eux le savent, fallait quand même que je montre à quelques honorables membres cravatés du Mammouth, que moi aussi je faisais partie du Club et que je pouvais porter le collant et la cape aussi bien qu'eux. Faut croire que j'ai fini par les avoir à l'usure, parce qu'ils ont fini par me le donner ce pu...., je veux dire ce doux, ce tendre, ce merveilleux concours (à dire avec la voix suave et l'oeil mouillé).

                                                          

Y'a eu d'abord les écrits, ou comment suer sang et eau sur un corpus "France et Poésie".

A 9 heures du matin, dans une salle surchauffée, après une nuit de 3 heures ponctuée de rêves à base d'humiliations diverses et variées, c'est rude. Je vous passe aussi les pulsions meurtrières quand les chers collègues candidats passent bruyamment à côté de vous en martelant un sol dont le lino fait joyeusement "Scrouich Scrouich" à chaque pas, alors que vous essayez de trouver autre chose à dire que "Ben dans ce poème y'a des métaphores".

Le lendemain j'ai du me battre avec une dissertation au combien passionnante sur Dame Sévigné et les lettres qu'elle écrivit à sa pauvre fille qui n'en demandait pas tant. Ou comment pondre un devoir avec une réflexion fine et universitaire sur une belle doche envahissante qui répète sur 350 pages "Bouh et que je suis malheureuse!!! Bouh et que je mange du melon tristement ma bonne!!!! Bouuuuhhh!". Autant vous dire que je suis pas prête de la fréquenter à nouveau la mère Rabutin.

                                                              

                                                             (Rabutin sa mère!!)

Ajoutez à ça les 6 semaines avant proclamation des résultats de l'écrit, ponctués de "Mais si je vais aux oraux! Nan en fait j'ai raconté que du bullshit dans mes copies. Mais quand même y'avait des trucs qui se tenaient". Bref j'ai eu de longs et passionnants débats avec moi même, mais je vais pas en faire des recueils de 350 pages qui deviendront des oeuvres au programme de "Super Prof: The Big Challenge".

Je passerai en partie sous silence le clic qui m'a appris que j'allais en finale (on a hésité, avec ma collègue également admissible, à faire le tour du bahut en hurlant "On est les champions"), la retombée dans la dure réalité "'Tain je sais rien, j'ai pas assez bossé, je vais me faire laminer", les 3 semaines avant l'épreuve "Boooouuuuuhhh, je suis trop NULLLLLLEEEE, j'y arriverai JAMAIIIIIIISSSSS" et les oraux où gonflée par l'énergie du désespoir, je suis allée au combat, engoncée dans mon habit de lumière (un tailleur pantalon noir et une chemise dans le plus pur style cadrounet). La lutte fut belle et noble et je l'emportai grâce à la Littérature médiévale alors que j'étais une quiche (le 1er qui dit Lorraine..) en fac. Comme quoi, je savais que regarder en boucle Game of Thrones n'était pas une perte de temps.  

 

 

 

 

 

 

Toujours est-il que là c'est fini et que je peux donc vous montrer des trucs vu que j'ai repris tout ce qui est bon dans la vie: la tartiflette, le Pessac Léognan, la couture et le blog. J'ai pleiiinnn de trucs à vous montrer mais je vais commencer doucement.

Tout d'abord je suis tombée, il y a peu de temps, sur le blog de liola: Liola patterns.

La demoiselle avait besoin de testeuses pour un nouveau patron. Ni une ni deux votre serviteuse se propose et se voit pourvue d'un fort joli patron; le cardigan Molly. Une plongée dans mes tissus et j'en sors un coupon de maille acrylique que je désespérais d'utiliser un jour, vu que c'est pas ma couleur, que j'aime pas le Lurex et que les rayures c'est pas mon truc (me demandez pas pourquoi je l'ai acheté, ce sont les mystères de la pulsion textile, ça ne s'explique pas).

Bref, je me suis dit que ça ferait une toile très correcte avant de trouver un tissu plus mieux. Le patron est super facile à coudre, car bien expliqué, le modèle est confortable, et fermé sur le devant il peut faire assez habillé. Attention, si vous aimez les gilets très enveloppants, passez votre chemin, mais pour chauffer vos n-épaules jolies quand vous portez un haut fin, il est parfait.

Voici donc mon cardigan Molly dans le plus pur style folk- je suis un écureuil de Corée:

DSCN0204

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et une petite vue de côté pour vous montrer les détails de constructions qui sont vachement sympas.

DSCN0217

 

 

 

 

 

 

Puisqu'on en est dans les couleurs automnales tellement en phase avec la grèle, le vent et les averses de ces derniers jours, voici un petit pull d'été issu d'un catalogue Bergère de France de l'an dernier. Pour moi Bergère de France ça me semblait aussi glamour qu'un bas de contention anti-variqueux, mais je me fourvoyais follement. En fait y'a du sexy chez ces gens-là (répétons-le, la Lorraine c'est Grrrrr Miaowwww).

 

Du coup j'ai fait ce petit pull,Bergère de France, magazine 166, printemps-été, femmes, catalogues mais comme je souhaitais tester la Natura de chez DMC, j'ai changé la laine. Le modèle est très simple, original et bien taillé. Sauf qu'il est un peu court et que jouer à Britney Spears devant mes boutonneux je suis pas sûre que ce soit très productif en ce qui concerne la maîtrise de l'accord du participe passé des verbes réfléchis.

Du coup comme j'ai eu la flemme de remonter des mailles en bas, je le porte avec un caraco en dessous et Basta cosi.

 

 

DSCN0222Adaptée

Quant à la Natura, j'adore, elle donne un résultat très régulier, voyez plutôt:

DSCN0225

et la tenue est excellente. Ici vous avez un gros plan du pull un an après tricotage et avec lavages réguliers en machine. Ben ça n'a pas bougé d'un poil. Autant dire que je vais réitérer.

DSCN0226

Bon si vous avez lu jusque là c'est que vous êtes rentiers, que vous avez enchaîné vos enfants à la cave ou alors que votre chef est en pause café depuis deux heures. Vous avez donc le droit d'aller voir là: Papavero est un site polonais sur lequel, après inscription, vous avez accès à tellement de patrons chouettes que vous allez en pleurer de bonheur (voire vous allez encore oublier votre progéniture un jour ou deux dans la cave). Dois-je vous achever en vous disant que beaucoup de patrons sont disponibles de la taille 32 à 52 (amies crevette et belle plante le bonheur est à portée de click).

La prochaine fois, si vous êtes sages, je vous raconterai mon immersion dans Vol au dessus d'un nid de coucou.