Plus que de coutume le mois de novembre m'a semblé un long tunnel. Très long. Très sombre.

Des jours entiers le front douloureux et plissé. Le 13 novembre d'abord. Une des copines de Z'hom dans les victimes. Et puis un autre deuil amical pour lui à la fin du mois. Et puis le score du Front de la N. Des gens de ma famille dégueulant des torrents de conneries sur FB, des intox. Putain, ils n'ont tiré aucune leçon, ils n'ont rien compris. Ils ne se rappellent même plus que du sang de l'autre côté de la Mare Nostrum coule dans leurs veines.

Du coup, pour ce Nawel, je tenais à envoyer une bouffée d'espoir du fond de mon bahut de banlieue parisienne. Là où la mixité sociale n'est pas un vain mot, là où elle est évidente, là où, quand on regarde le trombi, on voit 50 nuances de métissages, 50 nuances de peaux.

Laissez-moi par avance vous présenter des voeux de paix et de douceur de la part de S. grande courge bretonne aux yeux bleus et de son amoureuse C., ravissante indienne toujours souriante, de B. cabotin d'origine marocaine et de son meilleur pote Y, dont le nom évoque d'emblée les murs de Jérusalem, de P. qui clame sans arrêt "Forza Italia" et qui passe son temps à se bidonner avec F, qui parle de Dakar et de Paris avec les mêmes étoiles dans les yeux. Car si "nous on s'entend bien Madame, les adultes devraient y arriver ausi, non?". Joyeuses fêtes donc.

                                                                                                  

Metissage

 

Valà, je vais à présent reprendre une activité normale et vous parler de vert (ah la COP21 est passée par là_ sans laisser de traces ai-je envie d'ajouter). Comme nos formidables dirigeants vont continuer allègrement à vider de leur substance les lois censées sauver l'Humanité, histoire qu'une toute petite minorité puisse continuer à vivre dans un luxe obscène, j'ai décidé de vous montrer de la créa chlorophyllée exclusivement faite dans du tissu et de la laine de 2nde main.

                                                                                        

5897-eau-et-chlorophylle-WallFizz

Tout d'abord cette robe Lekala. C'est le modèle 4046, à faire dans une maille épaisse.

6dcaf47f2b2beb611b064406de8c3085

Et ça tombait 'achement bien vu que ma copine Mimi Kaolin m'avait filé un coupon de milano tilleul dans lequel toutes mes pièces rentraient parfaitement et en rang par deux sinon ça va barder pour leur matricule.

Le patron est assez simple à assembler, le décolleté est très profond, mais Lekala a tout prévu, afin de vous préserver de la pleurésie chafouine, une pièce supplémentaire est ajoutée pour couvrir votre pudeur et éviter d'avoir comme la brave Margot de Brassens, "tous les gars tous les gars du village" dans votre salon, parce que ça fait passablement désordre. Il faut bien évidemment travailler les pièces en sandwich, c'est un peu plus épais, mais ça ne présente pas de grosses difficultés. Avec le recul je me dis que j'aurais du faire cette "modestie" dans une couleur différente pour casser le côté uniforme de la robe.

Concernant le patron en lui-même, on a souvent reproché à cette marque de tailler étroit et il faut bien l'admettre, les Russes adorent être gainées dans leurs vêtements comme un boudin antillais dans un boyau. On a les métaphores qu'on peut et puis c'est de saison. C'est typiquement, ce qui manque à cette robe. Si le bas moule le popotin plus que correctement (quand j'ai regardé les photos de dos j'ai eu l'impression que des lutins farceurs m'avaient greffé des prothèses durant la nuit), la robe est trop large à la taille et elle est un chouille grande au niveau du buste. Pourtant j'ai indiqué mes mensurations habituelles et celles-ci n'ont pas changé depuis mon dernier couturage avec des morceaux de Bortsch dans le dedans.

Voyez plutôt:

DSCN0782

Bon, y'a rien de très vilain non plus, mais c'est pas tout à fait ce que j'espérais. Autre déception: les manches. En regardant le dessin du modèle elles sont longues, c'était parfait c'était exactement comme ça que je les voulais. Quelle ne fut pas ma surprise quand je me suis aperçue que je m'étais fait couillonée de la manche! C'est du 3/4, y'a pas de doute. Ou alors la population de manchots en Russie est ultra-majoritaire. Bref, du coup je me retrouve avec une robe qu'est sympa, très working girl, mais qui n'est pas tout à fait comme je me la figurais.

Et hop, une photo de dos pour vous amuser un peu (paye ta paire de pastèques).

DSCN0784

Ensuite j'ai testé un patron de Papavero pour rester dans la thématique East sewing. J'étais un peu échaudée par mon dernier essai avec le site polonais. En effet, j'avais beau me contorsionner dans tous les sens, je n'ai jamais pu fermer le chemisier que j'avais coupé en 34. Je me suis dit que c'était sans doute du à mon opulente poitrine (étrange d'ailleurs, parce que sur les photos on a l'impression que les lutins ont tout tablé sur l'arrière). Du coup, au moment de couper un pantalon jean slim, j'ai choisi la taille 38.

Je l'ai taillé juste après le jean 1083 dans un tissu qui est une chute de rouleau. L'endroit est vert foncé flammé et l'envers est un vert néon plus flashy. Pas sûre d'assumer le côté réverbère en goguette, j'ai choisi la face la plus sobre pour couper mon pantalon.

BIen sûr, impossible de tenir compte des instructions traduites par Google, à crever de rire, certes, mais complètement inutiles. Cela dit, si vous n'en êtes pas à votre premier essai de pantalon, ça va tout seul. J'ai doublé les poches avec un satin vert pomme, mais elles ne sont pas assez profondes, la prochaine fois je les modifierai un peu. J'ai également surpiqué le dos pour accentuer le côté jean. Le résultat est sympa et bien coupé même si mon jean est plus un pantalon droit qu'un slim. Du coup, la prochaine fois je ferai plutôt un 36. Voici la bête:

DSCN0794

Bon, évidemment, c'est pas un pantalon de cadrounet super discret, mais avec un haut uni très simple, ça fait un ensemble sympa. Et hop, une photo du dos et une autre de la surpiqure dos:

DSCN0803

DSCN0796

Enfin, j'ai pris quelques pelotes qui dormaient dans un carton chez Mimi et j'ai dégainé un patron de Elle des années 70 que j'ai légèrement modifié. Le patron vient d'un blog dont j'ai oublié le nom et j'en suis réellement désolée. La photo du modèle me semblait sympa.

63000847_p

J'ai à peu près suivi les instructions, sauf qu'au moment de tricoter le dos je me suis dit que ce serait sympa de faire un petit quelque chose, alors j'ai fait un truc délirant, j'ai rajouté des côtes sur les épaules et tant qu'à faire sur l'arrière des manches aussi. Vous excuserez les plis sur le dos, j'ai eu la flemme de remédier à ça.

DSCN0792

DSCN0789-1

La laine est un ravissant mérinos très fin mais aussi très fragile avec des nuances de vert et de jaune qui me font penser à un tableau de Monet. Je suis contente du résultat d'autant plus que j'ai fait des calculs savants pour rapetisser la taille. Bref le pull me va bien, il est fin mais chaud, je finis donc ce post sur un satisfecit.

PicMonkey Collage

La prochaine fois, si vous êtes sages, je serai le Vidéo-gag de la couture.