L'époque ne se prête guère à la rigolade, ni à la gaudriole, ni au jetage de quoi que ce soit par dessus les moulins et c'est bien dommage, mais il faut bien l'admettre, le projet de société qu'on nous propose pour les élections présidentielles sent bon la naphtaline, entre deux sermons du curé et la gibelotte chez Marie-Chantal. On va pas rigoler tous les jours c'est moi qui vous le dis.Afficher l'image d'origine

Du coup, pour détendre l'atmosphère j'ai décidé de vous parler évolution de petite culotte (a y est, vous avez saisi le titre). On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a (vous verrez c'est un peu la thématique récurrente). Autant je suis une déglingo qu'a peur de rien: mon premier ouvrage en tricot était un pull tunique en mohair avec aiguilles 3.5, autant j'ai repoussé longtemps le moment de me lancer dans l'art délicat du couvre-joufflu, et du soutien michettes (je vous l'ai dit on fait ce qu'on peut). Toutes les excuses étaient bonnes, j'ai pas le matos, j’ai pas le patron, j'ai tout ce qu'il faut mais le vent est défavorable et les planètes pas alignées, j'ai tout ce qu'il faut, Mars et Vénus sont dans le bon axe, mais pas de bol, j'ai aqua poney. Bref, j'ai poussé les tactiques d'évitement à un niveau de raffinement rarement atteint par le commun des mortels. A tel point que Z'hom, qui, pour une fois, s'intéressait à ce que je peux coudre, a fini par m'offrir le bouquin Coudre sa lingerie pour mon anniversaire et par me dire qu'au lieu de reculer l'échéance fallait peut être sauter dans le grand bain. Cela dit je suis à peu près sûre que Z'hom a flairé que le truc était potentiellement intéressant pour lui vu que le reste du temps il reste de marbre quand je sautille de bonheur après avoir monté une braguette correctement ou, dans des moments d'enthousiasme délirant il se fend d'un "Ouais, c'est pas trop mal" avant de se replonger dans le tatannage de gobelins en ligne (femme de geek un jour...).

J'ai donc fini par m'y mettre un beau matin de juin et comme je suis une ouf, j'ai décidé de sacrifier une dentelle choupichoup' avec de la fleu-fleur greluche et roseeeeee dans le dedans (trouvée à 1 euro le mètre sur le marché de Montfermeil) dans une perspective "Recherche et Développement".

                                                                                            

DSCN1098

J'ai choisi deux modèles du bouquin sus-cité (nan, cherchez pas l'allusion vaseuse, y'en a pas): le soutien gorge triangle souple et le string Coquine et coquette (me regardez pas comme ça, j'ai pas choisi le nom, j'aurais plutôt pensé à "Paye ton jambon" mais je suis pas sûre que ça aurait été vendeur). Concernant le livre, les modèles sont nombreux, l'éventail des tailles est suffisamment grand et l'ensemble est joliment présenté avec un côté poudré-petite-chose-délicate que je cherche en vain à atteindre depuis que j'ai commencé ce blog. En revanche les dessins et schémas ne sont pas suffisamment nombreux et je n'ai parfois rien compris aux explications, mais bon c'est parce que je sais à peine lire. Je me suis donc, par moment, dépatouillée toute seule avec mes maigres connaissances couturesques.

Le montage n'a pas posé de problèmes, le soutien gorge est composé d'une seule pièce et c'est un bon 1er projet de lingerie, tout est correctement patronné. Les tailles sont bonnes, j'ai fait un 85 A et la chose me va, pour le bas j'ai fait un S et bon, ça couvre rien parce que c'est un string et pas un passe-montagne, mais ça ne me cisaille pas le système circulatoire et je ne ressemble pas à une grosse chenille quand je le porte.

Vous n'aurez pas de photos portées, d'abord parce que la doublure ne laisse rien ignorer de mon anatomie et je ne souhaite pas que mon blog se mette à ressembler à un étalage de la foire à la charcuterie d'Intermarché, ensuite parce que je ne le porte presque pas: j'assume pas toujours mes nichons de naine et j'aime les soutien-machins au moins doublés de mousse. Donc voici la chose, ravissante certes, mais pas assez compliqué pour que vous poussiez des Oh! et des Ah! de ravissement (gardez-les bien au chaud, ça va venir).

PicMonkey Collage

Toute rassérénée par cette éclatante réussite, j'ai décidé de passer à l'étape suivante, j'ai voulu faire le même patron avec des bonnets mousse (qui vient de chez Alysse créations soit dit en passant). Echec cuisant. Le truc ne ressemblait à rien. Cela dit je tenais un concept fort: le soutif de Schrodinger qu'est un soutif, mais qui est pas un soutif; la physique quantique appliquée au couvre-mamelles en somme.

Pas découragée pour un sou j'ai décidé de faire le patron Maya. Que je vous en dise deux mots: il y a peu de patrons de lingerie gratos sur le net et encore moins de patron pour le haut. Quant aux modèles de soutif avec vraies armatures et doublure éventuelle, autant dire qu'y'en a pas tripette.

En fait il y en a deux, forme balconnet: le Maya, qui est accompagné d'un tuto de montage, hélas incomplet mais fort bien fait quand même, et celui de Porcelynne qui vous est présenté brut de décoffrage mais avec un très large éventail de tailles. J'ai fait une 1ère version du Maya en 85B. La taille était bonne: mes roberts personnels n'étaient pas perdus dans le bonnet et ils n'étaient pas non plus prêt à jaillir à chaque mouvement. Mais hélas le tissu était trop fragile et s'effrangeait effrontément. Il est donc passé à la poubelle et j'ai entrepris une version plus perenne. J'ai pris celui de Porcelynne pour tester et je me suis retrouvée avec des bonnets un peu juste. On va dire qu'en faisant abstraction de l'impression de porter le truc en forme de cornet qu'arborait Madonna dans les années 90, Résultat de recherche d'images pour ça passait; vousremarquerez que les coutures sont vilaines, la faute à Z'hom sans doute, qu'a toujours des trucs super urgents à me montrer (t'as vu le pingouin qui chante Jinggle bells?) alors que je suis dans une étape de confection délicate.

DSCN1101

Pour le bas, comme il me restait peu de tissu, j'ai fait freestyle de la fesse et ça a pas trop marché. Du coup j'ai planqué les couture basses de l'oreille avec de petits noeuds de dentelle noire pour planquer et ça fait attrape-couillon (hein Z'hom? héhé), j'aurais d'ailleurs bien voulu vous le montrer, mais impossible de mettre la main dessus.

Pour les deux suivants on sent que je maîtrise mieux la béééte. Voyez vous même. J'ai repris le modèle de Porcelynne mais en 90A et j'aurais pas du, parce que si mes nichons pouvaient parler ça ferait écho dans les bonnets tellement ils sont grands. Recherche et développement encore une fois, mais du coup je vous montre les étapes de montage parce que ça a le mérite de démystifier le truc.

DSCN0973

-Les deux modèles de soutien-gorges sus-nommés (nan, là non plus y'a pas de jeux de mots laids) sont tous les deux avec bande de maintien. C'est très bien dès qu'on est un peu pourvue de poumons, mais ça n'a pas tellement d'intérêt pour les seins de poupée, bref, d'abord on découpe dans sa précieuse dentelle le délicat écrin de nos chairs frémissantes (ahum).

DSCN0954

-Puis on coupe les mêmes pièces mais sans marges de couture dans la mousse. Nota bene, elle existe en plusieurs couleurs chez Alysse créations et on peut découper l'équivalent de 2 soutien gorges dans 20 cm commandés. Votre coeur de pince déborde normalement de joie.

DSCN0956

-On couds ensuite les pièces du bonnet et là il y a 2 écoles: soit un point zigzag normal, soit on met le point zigzag sur un réglage 4 de hauteur et 0.5 de longueur et on obtient un point satin bien plus solide et plus esthétique à mon sens, voyez plutôt:

DSCN0957

-On bâtit les pièces du bonnet ensemble et normalement, on obtient ça:

DSCN0959

-On assemble ensuite les bonnets et la bande de maintien. C'est un peu relou, ça demande de la précision mais le bonheur du nichon est au bout. Si je puis dire. Ahum bis.

DSCN0960

-On pose ensuite le cache-armatures sur les marges de couture du bonnet mousse. C'est le moment de jouer à l'autiste et d'être absolument imbuvable avec tout le monde. Un fois qu'on vous aura fui(e) vous aurez alors tout le calme et la concentration dont vous aurez besoin pour faire de la couture de précision.

DSCN0964

-Avant de fixer la couture sur la bande maintien, il faut d'abord coudre l'élastique sur cette pièce (n'oubliez pas d'étirer très légèrement l'élastique au milieu et au milieu seulement). Vous obtenez ça et vous pouvez ensuite fixer vos cache-armatures par-dessus

PicMonkey Collage-1

-On couds l'agrafe du dos et les bretelles et c'est fini, on peut s'autoproclamer la Dita Van Teese de Seine-Saint- Denis (ou pas d'ailleurs).

DSCN0976

Toute ragaillardie par cette réussite, bien que les bonnets soient l'équivalent d'un séjour cathédrale pour mes protubérances, j'ai repris le patron Maya et j'ai cousu cette petite chose qui me plonge dans le ravissement le plus profond pour participer au concours de T&N.

DSCN1004

Les bonnets ont été drapés pour conserver la jolie broderie du lycra (lui aussi trouvé au marché de Montfermeil). Le tout a été fixé par un petit point planqué dans les plis. Le string a été fait à partir du patron gratuit de Ferthrade, facile à faire, bien expliqué, j'ai fait un M mais un S aurait été mieux. J'ai également cousu des caches à l'intérieur des bonnets pour y mettre éventuellement des pads pour un effet "Regardez-moi dans les yeux, dans les yeux vous dis-je". Et j'aime cet ensemble d'amour. Il est joli, confortable et se rapproche du résultat que je veux atteindre. Un bémol, la forme n'est pas optimale et le bonnet est un peu trop couvrant à mon goût, je préfère les bonnets type push up.

PicMonkey Collage-2

Pour faire un pendant plus sortable au 1er élément de ma participation au concours duo de couture, j'ai fait une mini-jupette avec un reste de jean déjà utilisé là. Il s'agit de la jupe 102 du Burda d'octobre 2011. Юбка из искусственной кожиElle n'a l'air de rien comme ça, mais elle est pleine de détails techniques qui donnent du sel à la couture (masochisme quand tu nous tiens): l'empiècement en pointe aux dos, les poches plaquées dont la symétrie m'a donné des sueurs froides, les poches italiennes, la pose de la braguette (sans sous-pattes, ouais, je sais, c'est mal, mais j'ai eu la flemme).

PicMonkey Collage-3

J'ai posé de petits clous qui permettent de solidifier les poches et de donner un petit côté punk, voire Charlie OLeg à la chose.

DSCN1089

Le patron est merveilleusement bien taillé comme vous pouvez le constater et c'est une jupe multi-saison; je pourrai facilement la porter en été avec un débardeur pour me déguiser en cagole parisienne.

DSCN1095

DSCN1097

 

Enfin, et après je vous lâche, je reviens sur un tricot fait il y a 3 ans. Le modèle vient d'un Vogue Knitting prewinter 2011.

nEO_IMG_img005

J'ai substitué, pour éviter de vendre un rein, voire les deux, à la laine préconisée, de l'Alpaca de Drops. J'ai un peu regretté, le gilet manque un peu de tenue et les torsades sont molles du genou comme des adolecents qu'on lèverait pour la messe le dimanche matin.

99960488

Mais c'est une pièce chaude et que je porte régulièrement. Il ne s'est pas trop déformé et mis à part quelques bouloches il s'est plutôt bien tenu.

La prochaine fois, si vous êtes sages, je vous ferai un plan sapin.