Nous voici entrés dans le long tunnel des mois en "embre", les vacances d'été sont loin derrière nous, mais heureusement on a notre dose de glande régulière et Mam' VB, notre ministre bien aimée, a affirmé que c'était une rentrée apaisée.

Résultat de recherche d'images pour

Bienvenue donc dans le monde des licornes à paillettes et des chatons habillés en lapins angora rose, parce que dans la réalité c'était plus Terminator III, Judgement day. Bref, une rentrée apaisée sûrement dans le XVIème où les bahuts privés ont sans doute réussi à recruter un 2ème prof de

macramé,mais pas vraiment au fin fond du Mordor valdemarnais.Résultat de recherche d'images pour

L'a fallu se battre pour qu'on obtienne une infirmière remplaçante, vu que la vie scolaire commençait franchement à ressembler à un hôpital de campagne post-guerre napoléonienne. J'ai également proposé de faire un EPI sur la découverte de créatures fabuleuses et légendaires, telle l'assistante sociale; même qu'il a fallu dire aux élèves que c'était pas une légende urbaine et qu'en des temps immémoriaux, on pouvait en croiser, voire parfois en capturer une dans tous les collèges de France. Ensuite l'a fallu se battre pour avoir un videur un surveillant de plus, bon, on en a obtenu la moitié et il est pas encore arrivé, mais j'imagine bien la Rectrice telle un roi Salomon de l'éducation sortir son cimetère pour partager équitablement John- Enzo en deux et dire "Bon pour le service, au suivant" (cette référence est une spéciale dédicace à Biquette qu'est pas la dernière sur l'humour de bénitier). Et pis on a décidé de nous rajouter des louchées d'élèves en plus, alors que le bahut est déjà saturé; on a fini par aller voir du côté obscur de la Force (là où y'a des cookies) quand on est arrivés à quasi 35 élèves dans les cours de langue en 4ème.Résultat de recherche d'images pour Rajoutez à ça que notre doux secrétaire AKA l'Ecorcheur de Kuala Lumpur est parti faire des stages commando dans un camp sibérien et a été remplacé par Quasi-Dodo, rapport à son incompétence et à son très faible intérêt décoratif, et vous vous retrouvez avec une rentrée à deux doigts de l'Apocalypse pédagogique.

Heureusement, dans cette vallée de larmes, il y a les élèves. Laissez-moi vous présenter ceux avec qui vous allez passer l'année.

Je suis abonnée aux classes "Zola" (d'où mes cérémonies invocatoires quotidiennes pour faire apparaître une assistante sociale) et là, j'ai pas été déçue. On m'a spécialement gâtée cette année; let me introduce you la 4ème Cour des Miracles. Vous adorerez le petit B émailophobe, je le soupçonne d'éviter tout ce qui ressemble de près ou de loin à une douche ou une baignoire, le jeune A dont la carrière arsène lupinesque a tendance à ralentir (il se fait systématiquement choper quand il essaie de chourer les 4 couleurs de ses camarades), la merveilleuse D, 80 kilos de minauderie et de moustache, le sympathique O, qui passe son temps à expliquer à ses profs comment ils doivent faire leur travail mais qui refuse la soumission à la logique orthographique, voire à la logique tout court quand il s'agit d'écrire une phrase de plus de trois mots et, apothéose! The return of B(viré y'a deux ans de chez nous), alias "Samson le cruel", alias "Dark Mèche", rapport à ses deux uniques passions dans la vie, ses cheveux et humilier ses petits camarades. Autant vous dire que pour  celui-là, j'attends avec impatience le moindre faux-pas.

Résultat de recherche d'images pour

Mais heureusement il y a les autres et notamment mes 3èmes. Certains viennent de signer pour la 4ème année avec moi, je n'en parlerai pas vu que j'ai tellement bien fait mon travail que les Marines à côté c'est une bande de hippies sous LSD. Mais cette année je retrouve La Teigne.Résultat de recherche d'images pour J'ai fait connaissance avec elle il y a 4 ans, alors que j'étais aux prises avec la 6ème de l'Enfer. J'ai également eu son frère, surnommé par l'ensemble de l'établissement "Boule haineuse". Bref, la mort et la désolation, c'est une histoire de famille chez eux. Il s'est avéré, pour des raisons qui m'échappent totalement que La Teigne me kiffe, j'ai donc réussi à lui faire comprendre qu'on ne saute pas à la gorge de ses camarades parce qu'on lui demande son taille-crayon et qu'il est tout à fait normal de ne pas arracher la langue de son voisin de table parce qu'il a osé poser plus de deux questions pendant le cours. Et surtout, en travaillant sur l'argumentation, j'ai découvert le point sensible de la Teigne, il s'avère que ma mini Cruella est une Spice girl en puissance, le girl power, c'est son truc. On a discuté, un des petits mecs de la classe a naïvement dit "Mais Madame, les hommes et les femmes sont égaux en France! " (le lapin de Pâques a des beaux jours devant lui), j'ai parlé des 23% d'écart salarial entre les sexes à travail égal, cri d'orfraie de toute la classe, les garçons ont proposé de faire la révolution pour changer les choses et depuis la Teigne baigne dans le lait et le miel de la tendresse humaine (elle a éborgné personne depuis début octobre).

Bref, pour me changer de tout ça, j'ai cousu du doux, du chaud, du automnal.

J'ai fait un échange sur T&N avec Missumlaut-Kikoo, jersey Tim Burtonesque contre maille milano aubergine. Chez Papavero il y a vait une veste très sympa, un peu-beaucoup sport (sachant que mon sport favori consiste à faire fondre de la raclette au micro ondes) qui me plaisait autant qu'elle me foutait la trouille. C'est celle-ci:sjp359 tech

En théorie c'est plutôt une pièce qui réclame du molleton, mais j'ai tout de suite vu le potentiel graou de la pièce, si, si, elle en a un, je vous assure, à condition d'abandonner le pantalon de jogging en velours qui poche aux fesses et qu'on a TOUTES dans l'armoire (faites pas semblant, je sais que vous en avez un aussi). Papavero, pour ceusse qui connaissent pas, c'est une mine de patrons gratos dans un éventail de tailles assez impressionnant. Bon la politique du site a un peu changé, les nouveaux patrons sont payants, mais ils ne sont pas très chers et pour avoir utilisé un certain nombre d'entre eux, je trouve que ce n'est que justice que le travail soit rémunéré_ c'est mon côté marxiste.

Le gros problème de Papavero, ce sont les explications. Bubu à côté c'est le Journal de Mickey pour déficient intellectuel. IL y a bien une fonction traduction mais ça donne des trucs à crever de rire genre ça: "Vous ne vous inquiétez pas , même les allocations pour les coutures et la plantation, ils étaient considérés comme déjà coupé, le tissu que vous coupez juste le long des bords de l'ébauche, et vous avez terminé!". Comme on n'est jamais si bien servi que par soi-même, j'ai passé une bonne heure à établir un plan d'attaque devant le schéma de coupe. Fort heureusement on évite l'apoplexie puisque les mentions sur les pièces du patron sont en Anglais.

1er problème: elles sont très nombreuses, ça promettait des heures entières de Lego couturesque, autant vous dire que dès le début ça a été éprouvant.

2ème problème: l'idée même que les surplus de couture puissent être apparents m'était insupportable (névrosée un jour...) et il était hors de question de ganser sous peine de perdre de l'élasticité sur une veste qui s'avérait assez ajustée.

A ce sujet j'ai fait une taille 34, mais jusqu'au bout je me suis demandé si mon opulent stock de glandes sa'mère allait pas empêcher la bonne fermeture de la chose. Et pis en fait non.

Bref, j'ai tout doublé en recoupant une partie des pièces dans mon tissu et je me suis trouvée fort marri de voir que j'avais plus assez pour les manches. Or j'ai beau avoir eu des débats houleux sur la veste sans manches avec Z'hom (oui, chez moi on ne parle que de sujets de fond), je continue à trouver que, comme la purée mousseline, c'est une aberration. C'est là que je me suis souvenue de ce reste de simili cuir très souple dans lequel j'ai, telle une daughter of anarchy de l'aiguille jumelée, découpé mes manches. Et l'option est assez bonne, voyez plutôt:

DSCN0991

La ceinture du bas me chagrine un peu, et les coutures sont pas nickel- nickel sur la doublure (ça se voit là)

DSCN0997

 

, mais sinon, c'est une jolie veste, un brin sexy et qui réveille un peu un bête jean ou une ennuyeuse jupe d'automne grise. J'ai voulu faire une photo col fermé, mais j'ai renoncé au bout du 10ème cliché râté, avant que ma patience reconduise mon appareil photo aux frontières du balcon.

Passons maintenant au patron indé du mois, qu'a en fait été cousu il y a un peu moins d'un an. Il s'agit d'Eve de Schnittmuster pattern. Aaahhh, la grace de la langue germanique!! C'est mon petit cadeau perso de Nawel de l'an dernier puisqu'on n'est jamais si bien servi que par soi même. Le patron est arrivé rapidement: le packaging n'est pas extraordinaire, une feuille de papier glacé qui entoure les planches, le tout dans une pochette plastique, bref, pas de quoi se rouler par terre:Résultat de recherche d'images pour

Mais surtout, quelle ne fut pas ma surprise de m'apercevoir que les seules explications du truc étaient en teuton. Autant vous dire qu'à part hurler "Arbeit !" sur les 4èmes et me bidonner en prononçant Kartofelsalat, ma connaissance de la langue de Goethe est très limitée.

C'est là que j'ai vu sur le site que des explications en Anglishe étaient dispo à condition de les demander. Je les ai eues assez rapidement par mail. Cela dit vous verrez bientôt que le modèle est suffisamment facile pour s'en passer. Les planches sont imprimées sur papier bien épais, bien solide, autant dire que le patron devrait me suivre jusqu'à la retraite. L'éventail des tailles est très correct, mais tout est imprimé en noir et du coup c'est pas forcément toujours lisible.

Je suis partie sur la plus petite taille, mais comme je suis pas la moitié d'une imbécile, ni les 3/4, je me suis dit que l'Allemande moyenne était souvent plus charpentée qu'une franzozich pitite madame gaulée comme une crevette sous alimentée; j'ai donc décidé de ne pas rajouter les marges de couture (non comprises dans le patron) et de coudre à 1 cm. La suite m'a montré que j'avais raison.

DSCN0980

J'ai voulu une version sobre mais bicolore pour casser le côté ennuyeux des tissus. J'ai donc acheté un coupon de lainage à chevrons et un autre de laine bouillie noire au marché des Bosquets (bonne qualité puisque les deux n'ont pas bougé). Le montage est très facile, pas de manches montées, pas de fioritures. Je reprocherai quand même au patron de ne pas offrir d'option poche, et de zapper complètement la doublure. Je n'ai pas fait de poches, mais ce serait facile de les intégrer dans les coutures côté, et in fine, vous verrez qu'elles ne sont pas si nécessaire. En revanche il était hors de question que je porte une veste d'hiver non doublée. J'ai donc découpé la doublure avec les pièces du patron moins la parementure (je ne sais pas si je suis claire là) et je l'ai posée comme n'importe quelle doublure. L'option boutons pression ne me plaisait pas, du coup j'ai acheté des sortes d'agrafes en métal sur A little mercerie. On va dire que ça a été une souffrance sans nom de les poser de façon bien symétrique, j'ai du recommencer 4 fois, mais le résultat valait le coup.

PicMonkey Collage

Sinon la veste est bien chaude, les manches suffisamment longues pour se passer de gants et avoir l'impression d'avoir à nouveau 14 ans (regarde mes manches ont bouffé mes mains, hihihi), mais la capuche est surtout décorative, elle est un peu courte et elle est surtout là pour donner un style particulier au col. Je l'ai beaucoup portée et j'ai promis la même à ma Jolie Maman pour son anniv' vu qu'elle a eu le coup de foudre pour cette veste. Bref le patron est correct, mais les options et explications sont loin d'envoyer du poney canné.

DSCN0982

Voici enfin le retour de l'aiguille maudite, j'ai nommé le projet tricot du mois. Je me suis remise massivement au tricot depuis cet été et l'année 2016 a été 100 fois moins calamiteuse sur ce plan là que la précédente. Alors que la France ployait sous le fardeau de l'été (c'est beau hein?), je me suis mise à tricoter le Mellow Yellow de Saki (bénie sois-tu pour ce patron jusqu'à la 13ème génération au moins), deux fois. Vous ne verrez pas la 1ère version offerte à ma copine Saucisse intrinsèque en laine jaune soleil, grège et taupe, puisque j'ai omis de la photographier avant de l'envoyer, mais j'ai tout de suite eu envie d'en faire une version pour moi. J'ai utilsé pour cela un reste de laine acrylique de chez Zeeman et des pelotes données pour Jolie Maman: de l'alpaga de Phildar et une laine pelucheuse mauve qui fonctionnait 'achement bien avec les autres. Le patron est limpide, on ne s'ennuie pas et ça reste très simple. Voici un gros plan des motifs sur les 1ères sections.

DSCN1003

J'ai aussi appris la technique du joint russe (rien à voir avec de quelconques trafics liés à la mafia moscovite) et le tout monte assez vite. Il m'a fallu entre deux et trois semianes pour en venir à bout.

Le châle est grand, 1 bon mètre 50 de large. Il est doux, chaud, enveloppant. Le seul souci que j'ai eu a été avec le blocage. C'était compliqué, vu la taille du bestiau, de faire un blocage classique, j'ai donc tout fait à la vapeur mais j'ai mal géré et je me retrouve avec une pointe trop longue et des bords qui ondulent étrangement.

DSCN1001

Et comme j'ai la flemme de recommencer... Cette bouletterie mise à part, j'adore me lover dans mon châle et je vois d'un oeil exempt de crainte l'arrivée des grands froids vu que je suis sévèrement équipée maintenant.

DSCN1000

La prochaine fois, si vous êtes sages, je vous parlerai de Darwin et de sa petite culotte.