Il fut un temps, que les moins de 20 ans ont à peine connu vu que je commence à avoir pas mal d'heure de vol au compteur, il fut un temps, disais-je, où je cassais copieusement les pieds à mes vieux parents. Et là je compte sur votre entière gentlemannerie, parce que j'ai une réputation à tenir, môa.

Chaque nuit,donc, je posais mon pied menu hors de mes draps à grosses fleurs orange so seventie's pour aller me glisser sournoisement dans le lit autrement plus confortable des auteurs de mes jours. Sans doute voulais-je m'assurer qu'ils comprenaient bien qu'ils avaient produit un chef-d'oeuvre et surtout faire en sorte qu'ils ne cherchent pas à réitérer cette expérience qui s'avèrerait forcément décevante après une si glorieuse réussite. Si, si. Glorieuse.

J'ai fait ça jusqu'à trois ans. Peut-être même un peu plus, mais bon, vaut mieux éviter de le divulguer, je veux pas me retrouver chez Mireille Dumas à une heure de grande écoute. Toujours est-il que malgré toutes mes précautions, Nini est arrivée. Je soupçonne d'ailleurs mes sournois parents d'avoir utilisé la technique de la mirabelle en biberon pour pouvoir commettre tranquillement leur forfait. J'en veux pour preuve mes réactions étranges et ma grande faculté d'endormissement dès que j'en bussions; ça prouve bien qu'il y a eu traumatisme. 

                                                                images

Alors pour me venger, je me suis levée aux aurores. Tous les jours. Surtout le DIMANCHE. Dois-je ajouter que mes pauvres géniteurs étaient de gros dormeurs? J'avais toujours de bonnes raisons: j'avais soif, mon petit poney avait soif, mon ami imaginaire avait soif.

J'ai fini par me faire une raison. Y'avait pas de service après-vente pour Nini. Et puis y'a eu soeurette 2 puis soeurette 3 qui sont arrivées. Je comprends pas, on avait pourtant la télé... Mais j'ai pris ma revanche plus tard. Je me suis mise à terroriser Nini en baladant ma chaise à roulettes dans un va-et-vient inquiétant de mon lit à mon bureau. Z'ont dit que c'était du somnambulisme. Moi je dis que j'ai un inconscient taquin.

Et puis y'a eu Z'hom. Comme ça me manquait de pourrir mon monde nuitamment, bien que je m'employasse à pourrir régulièrement celui de mes élèves, j'ai pris les choses en mains. Je me suis mise à chauffer comme une folle durant mon sommeil, surtout les nuits du dimanche au lundi, après les repas gargantuesques chez Jolie Maman. Parfois je me dis d'ailleurs avec effroi que je vais m'auto-combustionner et qu'on ne retrouvera de moi qu'un petit tas de cendres dans le lit. Je ne parlerai pas des guerres de territoire régulières avec Z'hom, guerres que je gagne d'ailleurs toujours vu qu'il ose pas me pousser tellement je suis petite et mignonne.

                                                              louveteau-1973783fff

En plus d'être cromignonne, je suis avant-gardiste. A l'heure où tous les magazines féminins se demandent comment porter le pantalon de pyj' à panda dans la rue et à son travail, moi je m'en suis cousu un pour le porter, tenez-vous bien, la nuit, pour dormir. Je vois votre air sceptique, mais vous verrez, vous y viendrez au pyjama comme vêtement nocturne.000001858964

J'ai ressorti mon Burda Couture Aisé René hiver 2011 et j'ai fait ce gracieux pantalon de détente dans un tissu qui fait mal aux yeux, m'enfin je m'en fous vu que j'ai pour habitude de dormir la lumière éteinte. Le tissu est un coton léger mais qui a une certaine tenue, acheté sur Ebay You Esse Ai, au début où j'ai commencé à cochonner du tissu.

Voyez plutôt:SNC12009

Pour le fermer j'ai fait une coulisse ou j'ai glissé un cordon qui était, à l'origine, destiné à passepoiler un coussin. Et ça donne à l'ensemble un petit côté marin sous acide:SNC12013

Autant vous dire que j'adore mon pyj' et que si j'étais pas si snob, je le porterais pour aller faire mes courses. J'ai d'ailleurs décidé d'arrêter de le porter la veille des jours où je travaille parce que le quitter avant la douche est une terrible déchirure.

Mais je ne me suis pas arrêtée là. J'avais conscience, quand même, d'avoir la sexitude d'une pervenche de 80 ans dans mon fute psychédélique, j'ai donc cousu ce délicieux déshabillé, toujours extrait du magazine cité plus haut.000001858962 Un coupon de charmeuse, un galon acheté pour une misère aux puces de Champigny et je me suis sentie très Ava Gardner. SNC12031Z'hom n'a évidemment pas pu s'empêcher de s'ébaudir bruyamment: "ça fait vieille poule holywoodienne sur le retour". Il se venge comme il peut le pauvre... M'en fous moi j'aime beaucoup mon déshabillé rétro, mais il va bientôt me falloir une petite combinette pour aller avec.SNC12016

Il me manquait cependant quelquechose pour compléter la panoplie. J'ai donc tricoté l'Abyssal, qui hélas, n'a eu de cesse de roulotter depuis que j'ai rabattu les dernières mailles. C'est donc un semi-échec, comme vous pouvez le constater, mais en écharpe, il m'a souvent sauvé la mise cet hiver.SNC12037

Enfin, pour fêter le non-anniversaire de ce blog, j'ai décidé, dans ma bonté intersidérale, d'offrir un patron Mc Call's, celui-là,images (2) ainsi qu'un coupon de voile de coton imprimé et un galon de dentelle coton blanc par tirage au sort. Z'avez jusqu'au 10 juin pour jouer en me laissant un com'. Non, non, ne me remerciez pas, ça me gêne.

La prochaine fois, si vous êtes sage, je vous la jouerais romantic anglishe garden.