J'avais prévu de vous écrire un petit article léger et enlevé mais la semaine dernière a été plombée comme un exposé de 3ème sur Desnos, c'est dire si c'était moyen jouasse.

images

D'abord y'a eu des coups de frayeur dans la famille. Rien de grave, tout est rentré dans l'ordre, mais sur le coup on l'a pas ramené, profil bas-et-fais-moi-le-plaisir-de-pas-lever-les-yeux-de-tes-mocassins-vernis.

Et pis y'a eu le boulet félin, qui d'abord m'a ramené un souris. Je suis phobique des rongeurs. Morte. Je suis également phobique des animaux morts. Double combo dans ta face, game over la bestiole. J'ai hurlé comme un cochon qu'on égorge, j'étais seule face au dangereux cadavre. J'ai d'ailleurs été très vexée de voir qu'aucun voisin n'a pris la peine de venir vérifier si j'étais pas en train de me faire charcuter par l'écarteleur de Livry-Gargan. Bref, je suis allée m'enfermer dans la chambre et le chat s'en est allé penaud non sans me lancer un regard qui disait: "T'y connais rien Jon Snow".

index

Le même jour le relou miaulant rentre d'une bagarre super violente où il a vraisemblablement pris une raclée monumentale. Faut dire qu'à presque 13 ans Môssieur se prend pour le "Rambo des hôtes de ces bois" comme dirait ce brave Jean-Jean s'il avait pu occuper son temps, après avoir écrit ses fables, à regarder l'intégralité des films de Stallone. Bref, Môssieur le sauvageon était assez mal en point. Je rassure mes lecteurs, il va très bien maintenant, la preuve, il a recommencé à pourrir les grasses mat' de Zhom.

Enfin votre servitrice a pris une année de plus dans la face et ça c'est plus douloureux d'année en année. Il y a quelques temps je me suis demandé si je ne souffrais pas de problèmes de vue. Je me vois pimpante trentenaire (ouais, bon, plus sur la toute fin de trentaine), le cuissot encore alerte, le nichon arrogant et une peau de jeune fille (comprenez qui n'a toujours pas compris que l'adolescence c'est fini depuis, pfffiooou, tout ça). Un matin comme tant d'autres, l'un de mes élèves, L., un 5ème dont le bavardage se rapport à son plumage, c'est à dire pas bien brillant, me regarde d'un air pénétrant et me demande si la télé ça existait "à votre époque Madame?". Une nostalgie profonde des exécutions publiques m'a soudainement envahie et j'ai répondu que non, qu'à "mon époque", pour avoir de l'électricité il fallait faire courir un hamster dans une dynamo. Bon, il a pas compris ce qu'est une dynamo parce qu'il a fait des yeux ronds et un filet de bave a coulé du coin gauche de ses babines de nain.

index

C'est alors que tout s'est éclairé: mon aversion pour le R&B dégoulinant braillé par toutes les chaînes de musique actuelle, mon refus de porter du rouge à lèvre Fuschia pouf, mon oeil dubitatif devant le retour du jogging peau de pèche aux couleurs improbables des années 90 (allez, avouer, vous en aviez un aussi il y a 20 ans) et ma méconnaissance crasse de la biographie de Miley Cirrus (en plus de deux ou trois ridules au coin de l'oeil gauche). Je vieillis. Dans ma tête le compteur est bloqué à 21 ans, mais pour les gnomes je suis au mieux une daronne, mon dieu que ce mot est laid, au pire une vioque avec option momification en cours.

Du coup, pour me consoler je me suis fait offrir des tas de choses pour m'adonner à mon obsession ma passion et j'ai cousu.

Tout d'abord cette robe faussement vioque, prononcez "Vintage" avec un air snobinard, d'Hôtesse de l'air de la Panam version 1965. Vous remarquerez le lavande délicieusement désuet du tissu; ça a un peu défrisé au boulot mais moi j'aime bien.

index

Le modèle vient du Tendances Couture n°3, modèle 10. Vous pouvez d'ailleurs aller regarder là, y'a marqué que c'est un modèle à la Audrey Hepburn (et mes poufinettes de 4èmes de hurler: "Audrey qui? Ah ben non, moi je préfère la mini jupe en dentelle transparente orange fluo de Kim Kardachiante). A priori le modèle n'est pas bien difficile, c'est une robe droite avec fermeture invisible dans le dos. Deux détails lui donnent de l'intérêt: le plissé sur la taille et les manches qui sont assez travaillées. Evidemment si vous complexez sur votre bidon mignon ou vos ravissantes népaules de nageuse d'ex RDA, il va falloir assumer parce que ça rajoute de l'ampleur sur le ventre et la carrure. Mais la forme est suffisamment fuselée pour garder une silhouette équilibrée, voyez plutôt:

DSCN0618

 

L'ourlet ne semble pas droit sur la photo, mais en réalité il l'est, c'est juste une galère sans nom de jouer à Kate Moss toute seule.

J'ai suivi le tableau des tailles et j'ai cousu un 36, ce qui s'est révélé être un bon choix, sauf pour la taille puisque j'ai du rajouter des pinces fuseau au dos que le patron ne prévoyait pas. Là elles ne se voient pas des masses et la robe tournicote comme je vous l'ai dit mais ça vous donne une idée.

En revanche, elle me moule franchement le fondement et ça je ne m'en suis aperçue qu'après avoir vu les photos prises de dos. J'ai coupé la photo à l'endroit litigieux, mais on est à la limite de la décence, en effet on voit deux boules poindre, genre "Coucou, on est là!!!! Mais si, on est làààà, vous dis-je". Bref, j'ai compris pourquoi Zh'om adore et je suis moyen sûre de la porter souvent.

DSCN0622

Les explications sont assez limpides et en les suivant aveuglement on réussit très bien cette mignonne robette pour callipyge. Je vous montre quelques détails comme la construction de la manche, la fermeture invisible ou la parementure intérieure. Je n'ai pas doublé la bête parce que le tissu, un lainage fin avec un peu d'élasthane était suffisamment chaud comme ça et suer du derche dans une robe aussi "valorisante" pour cette partie de l'anatomie aurait été du plus mauvais goût.

PicMonkey Collage

Puisqu'on est dans la thématique old school, j'ai sorti un reste de coupon psychédélique violet pour me faire un t-shirt vite fait bien fait. J'ai dégainé le patron Simplicity 4076 dans lequel j'avais investi lors de mes débuts couturesques et que j'ai pas mal amorti depuis.

index

J'ai fait la version mancherons: 2 pièces, pas de trucs techniques tordus, un vrai bonheur, surtout quand on est trop fatiguée pour coudre quelque chose de compliqué après son retour du club de bridge. Le résultat est très sympa, tombe bien et je le porte très souvent.

DSCN0629

 

Ici un petit détail du noeud qui fait tout le charme de ce petit haut.

DSCN0631

 

Enfin j'ai fait tomber de mes aiguilles ce petit gilet fait à partir d'un patron gratuit Adriafil, le Loretta. A l'origine le modèle comportait des noppes formant des grappes de raisins, mais la kitscherie a des limites, j'ai déjà porté des pulls avec des camions brodés sur le dessus quand j'avais 13 ans, c'est bon. Du coup j'ai simplifié la chose et j'ai juste tricoté en côtes et jersey. Le résultat est assez joli, mais j'aurais pu prendre une taille d'aiguille inférieure, le seyant (nan je dis pas fitting on a des mots équivalents dans notre jolie langue bordel_ Mode vieille réac off) est perfectible. De plus j'ai cousu mes boutons de travers: ça a été arrangé depuis, mais comme mon shooting a été inopinément interrompu par la découverte du crime odieux dont je vous ai parlé plus haut...

DSCN0633

La laine c'est, encore et toujours, de la DMC Natura, coloris prune, qui s'est révélée un peu molle pour ce modèle. M'enfin je l'aime bien quand même mon gilet et avec une petite jupe patineuse ça file un style 1ère communiante tout à fait rassérénant.

La prochaine fois, si vous êtes sages, vous prendrez votre pied.