Après la pluie le beau temps. Sauf que souvent femme varie bien fol celui qui s'y fie, il a suffit qu'on flirte avec le 30° pour que je me mette à rêver de bons gros nuages bien velus afin que je puisse faire le remake de ce brave Gene qui dansait comme un clampin à en choper une pneumonie alors qu'il pleuvait des cordes dans le célèbre "Dansons sous la pluie".

                                                                        

genekelly1

Non pas que j'ai eu la nostalgie des cours dispensés par ma prof vénérée d'Anglais en 6ème, bouledogue hargneux à qui je dois un blocage sans doute définitif par rapport au prétérit et qui nous avait fait brâmer pendant deux semaines ce monument de la chanson américaine sans que nous n'y comprenions rien.
Je n'ai pas plus eu la nostalgie (quoique...) de ces soirées alsaciennes où, après avoir supporté de façon active la culture du houblon et de la vigne locale nous avions brâmé, encore, avec un troupeau de femelles aussi dégénérées que moi, cette sublime bluette sous l'oeil médusé des passants (faut dire qu'il faisait une chaleur d'enfer et qu'il était pas tombé une goutte depuis des lustres), se demandant comment de si petites choses pouvaient faire autant de bruit.

C'est juste qu'après une période de pause que vous aviez sans doute remarqué, vu que c'était comme le port Salut, c'était marqué dessus, j'ai fait à nouveau ronronner Titine 2ème du nom.
Vous vous souvenez sans doute de cette petite veste, style vêtement de pluie, de rien du tout, du Patrones de janvier:

                                                                           

264a

Ben j'ai fini par trouver THE tissu qui va bien pour la faire, épais mais pas trop, un chouïa stretch, pas compliqué à repasser, de préférence un coton et surtout sable, pas beige, ni camel, mais sable.
Le brave marchand de tissus de Nogent a d'abord voulu me refourguer un lin bleu clair.  Devant mon faible enthousiasme (le côté  froissé je-dors -avec -ma-veste, je suis moyen chaude), il a patiemment sorti ses coupons un à un. C'est la que SC, Super Chieuse  pour les intimes , a donné toute la mesure de ses super- pouvoirs. Au bout de 40 minutes et du déballage du 412ème coupon, j'ai décidé que finalement c'était le deuxième qu'il m'avait sorti, oui, la popeline ravissante sous la trèèèèèèèsssss grosse pile, qui se rapprochait le plus de ce que je voulais. Depuis ce jour, étrangement, je sens l'inquiétude poindre dans l'oeil de l'aimable commerçant à chaque fois que je ramène mes augustes miches près de son stand.

Le résultat le voilà:

                                                                   

SNC10294_bis

Honnêtement, hier en montant le col j'y croyais pas. C'était bizarre, tordu avec un col qui ressemblait à un calzone à moitié cuit. J'étais déjà au bord d'investir dans une bonne corde et un tabouret solide. Sauf que, dixit mes proches qui sont tous des mauvaises langues, c'est bien connu, je suis têtue comme un troupeau de mules tyranniques. Du coup j'y ai passé l'aprèm sur mon col, j'ai remonté deux fois le truc, mais après m'être épuisée à appuyer de mes petits bras musclés avec mon fossile de fer à repasser, j'ai réussi à faire une veste perfectible (et encore, y'aurait pas grand chose à modifier) très mettable et dont le côté chicos me permet de me fondre dans la faune nogentaise (me manque plus que la tignasse péroxydée et le fond de teint pâté en croûte pour que le camouflage soit parfait).

SNC10301

SNC10300_BIS
































Là c'est l'heure du remerciement spécial: en effet, je n'aurais jamais triomphé de l'infâme fer à repasser sans l'aide de Zhom qui m'oblige, depuis lundi, à une séance de torture quotidienne avec ça:

                                                                        

Wii_Fit

Les z'amis de Z'hom ont cru bon de lui offrir une Wii pour célébrer son pas de plus annuel vers la sénescence et l'andropause (ouais,je sais, je vais moins rigoler quand ce sera mon tour, sauf que je suis relativement protégée de l'andropause). Z'hom a donc décidé de pimenter notre vie de couple en investissant dans une Wii-fit, une espèce de machin en plastoc qui vous prend au dépourvu et expose à la face du monde que vous avez pris 8 kilos depuis une semaine parce que contrairement à ce que vous aviez promis, manger des légumes chaque jour, vous avez bâfré en une semaine l'équivalent de la production annuelle de cantal.

Pire, alors que vous affichez une petite trentaine rayonnante, Wii-fit vous dit avec une voix énervante que vous avez la forme d'une ménagère de 45 ans.
J'ai eu encore plus envie de noyer mon chagrin dans le pâté de lapin (avec une lichette de Touraine).
Quel rapport me direz-vous? Ben ma devise c'est jamais, ô grand jamais!!! de sport. D'abord ça fatigue. Et je déteste être fatiguée. Sauf que là j'en ai fait quand même...
J'ai jamais réussi à faire une pompe, mais devant l'air enthousiaste de Z'hom pour son nouveau jouet, j'ai essayé de faire un truc barbare du nom d'équilibre latéral.
Z'hom a frôlé la crise cardiaque en me regardant faire, il hurlait de rire et a tenté de m'arracher la promesse que je démissionnerai sous peu pour monter un spectacle comique où je ferais, je vous le donne en mille, une pompe (cela dit je pourrais en monter un où il fait la vaisselle).
Bref, je pense que le 8ème de pompe que j'ai fait ce soir là m'a mise ne condition dans cette farouche lutte à l'écrasement d'ourlet au fer.
Du coup j'en veux pas à Z'hom. Enfin pas trop...

Pour finir des nouvelles de mon gilet qui est fini et monté depuis belle lurette. Il n'est, finalement, pas trop petit, il est d'ailleurs plutôt pas mal même si je trouve les mailles un peu trop grosses (sans doute n'ont elles jamais eu la chance de faire du Wii fit).
Le voici porté par la toujours charmante Lucette Van Poupoule:

SNC10291







Là c'est l'heure du remerciement spécial n° 2: merci les filles (et les gars si y'en a ), pour vos messages du dernier com', du fond de mon trou ça a été une bouffée d'oxygène.

La prochaine fois, si vous êtes sages, je vous ferais la demi-lune (nan, y'a rien de paillard là-dedans bande d'esprits mal-tournés).