Je vais vous parler aujourd'hui d'un traumatisme profond qui a failli mettre fin à ma carrière couturesque, incident tragique dont la simple évocation me fait encore frémir...
J'avais écouté, bien naïvement en pauvre innocente que j'étais, les conseils qu'on m'avait prodigués. En substance "Commence par faire des jupes, c'est ce qu'il y a de plus facile".
J'avais donc jeté mon dévolu sur cette jupette (celle de droite), tirée d'un Burda Couture facile (tu parles), cousue en deux heures (qu'y disaient)...

Scan10017

Je vous passe le long calvaire du repiquage de patron, celui de la coupe faite de mes mimines tremblantes, le chemin de croix qu'a été la séance finale de couturage. J'en ai encore des frissons... Tout ça pour m'apercevoir que la taille n'était pas la bonne, que la coupe était douteuse et pour couronner le tout, que les pièces étaient montés à l'envers. Evidemment c'était irrattrapable. Sinon c'est pas drôle.

J'ai enfoui cet échec bien profond et je suis allée de l'avant, mais aujourd'hui, l'heure de la revanche a sonné et il n'en restera qu'un. Et euh, ce sera moi puisque je vais aller de ce pas massacrer un coupon de laine framboise  qui a eu la chance de m'échapper jusqu'à ce jour. Petite photo du matos en prime, j'ai trouvé les décos en cuir chez Emmaüs que je pille avec une régularité métronomique. Bref priez pour moi, je repars au combat ("La juppppppeeee est reve-nueeeeee!!!).SNC10037